Les fractures spontanées

L’ostéoporose étant une maladie qui fragilise le squelette, elle rend le corps humain plus vulnérable aux fractures car plus fragile. Ce sont ces fractures des os fragilisés que l’on appelle les fractures spontanées.
Chez un patient atteint d’ostéoporose importante, le moindre faux mouvement ou effort minime peut fracturer une vertèbre, le col du fémur ou le poignet (ce sont les plus courantes).

Définition des fractures spontanées

Les fractures qui arrivent sur des patients atteints d’ostéoporose sont quasiment systématiquement des fractures spontanées. C’est à dire qu’elles surviennent sans qu’il y a de gros choc. Les fractures dites classiques arrivent lors d’un choc important. L’os étant la structure la plus solide après l’email dentaire.

Quand surviennent ces fractures ?

Ces fractures traumatiques sont à prendre au sérieux. Justement de par leur caractère soudain et impromptu, elles ne peuvent être détectées en amont. De plus, elles peuvent être très douloureuses, s’accompagner d’hématomes et d’une incapacité fonctionnelle voire motrice en fonction des cas.
On parle de fracture spontanée dans trois cas bien spécifiques de fragilisation de la trame osseuse :

  • Ostéoporose
  • Maladie des os de verre (et les autres pathologies génétique de la même famille)
  • Métastases osseuses

Conséquences des fractures en cas d’ostéoporose

Les fractures engendrées par l’ostéoporose peuvent avoir plusieurs niveaux de retentissement sur la vie du malade.

Physiquement

Il ne pourra plus pratiquer certaines activités car les fractures mêmes soignées rendent la zone touchée sensible.

Psychologiquement

Attention à la dévalorisation ! La baisse d’activité a un impact évident sur le moral qui engendre le fait de se sentir diminué.

Biodécodage des maladies

Les fractures dans le contexte de l’ostéoporose ne sont pas anodines. D’une part la consolidation est compliquée car l’architecture osseuse complète est fragilisée mais en plus on ne peut y poser de plâtre.
Le patient est contraint de prendre des anti-inflammatoires et des antalgiques pour combattre la douleur. Ces médicaments ont des effets secondaires qui affectent la qualité de vie du patient qui doit s’adapter à cette maladie imprévisible.

Les fractures courantes

En cas d’ostéoporose on trouve 70% des fractures diagnostiquées spontanées se situent au niveau des vertèbres. Soit environ 100.000 cas par an en France.
Puis la fracture du col du fémur, diagnostiquée à 75% chez des femmes âgées. Environ 50.000 cas par an en France
Et enfin le poignet, la fracture dite « de Pouteau-Colles » qui touche aussi essentiellement des femmes. Environ 35.000 cas par an.

Les fractures exclues de l’ostéoporose

  • Le crâne
  • Le rachis cervical (les vertèbres tout en haut de la colonne vertébrale, au niveau du cou)
  • les doigts et les orteils